365
Se connecter
L1 / PSG - Publié le 09/01/2013 à 09h58 - Mis à jour le : 09/01/2013 à 11h37
27

Leonardo fait le point à mi-saison

Dans un entretien accordé à L'Equipe, Leonardo fait le bilan de la première moitié de saison du PSG. Le directeur sportif parisien n'élude aucun sujet.

L1 / PSG :

« Il n’y a qu’un patron ici, c’est Nasser (al-Khelaïfi). » Par ces mots empreints de respect mais aussi de diplomatie, Leonardo a planté le décor dans un entretien accordé à L’Equipe. Le directeur sportif du PSG en profite pour passer en revue tous les sujets à mi-saison. En commençant par le plus brûlant : Nenê, en instance de départ. « Il a réussi de belles choses la saison dernière, concède le Brésilien. Aujourd’hui, il a 31 ans et on a six joueurs dans le même rôle qui sont plus jeunes et ont une marge de progression. » En somme, l’ancien Monégasque n’entre plus dans les plans de rajeunissement voulus par les dirigeants parisiens. « Dans le football, il n’y a pas d’injustice, poursuit Leonardo. C’est lui qui va décider. On va l’aider à choisir mais s’il reste, il reste. » Une phrase en forme de point final sur l’aventure parisienne du milieu offensif du PSG. Quand certains partent, d’autres arrivent. Mais ce ne sera « ni Wesley Sneijder, ni Ashley Cole » et pas « Patrice Evra » de l’aveu même de l’ancien Intériste. Quant à Cristiano Ronaldo, « tout est possible », même si Leonardo concède qu’ « il a un contrat encore long avec le Real Madrid ». Pour le moment, les choses sont claires : « Il y a zéro contact. » Mais l’arrivée d’« un grand joueur comme lui » est désormais possible dans la Capitale. De quoi ravir les supporters parisiens.

Leonardo fait son autocritique

Des fans qui ont mal pris les récentes rumeurs faisant état d’un possible changement de logo du PSG. Leonardo tient à confirmer mais aussi à rassurer : « Ce n’est pas parce qu’on réfléchit à changer le logo du club qu’on ne respecte pas l’histoire, explique-t-il. Le PSG l’a déjà changé cinq fois. Des grands clubs l’ont changé dix fois. Je crois que cette fausse idée vient de la perception de l’argent, du pouvoir que l’on a et que l’on peut tout casser. Mais ce n’est pas vrai. Le respect est là. Moi, je suis là pour l’histoire du club. » Des propos qui se veulent apaisants. A l’heure de faire un point, l’ancien international auriverde sait aussi faire son autocritique. « J’ai sûrement commis des erreurs », admet-t-il. Le choix Lugano en est un exemple frappant, même s’il tient à rendre hommage à l’Uruguayen avant un départ certain. « Si tous les joueurs se comportaient comme lui dans la situation qu’il a vécue, ce serait incroyable. » Quant au licenciement d’Antoine Kombouaré, alors leader du championnat, le dirigeant parisien n’éprouve aucun regret : « Toutes les décisions peuvent être vues comme une erreur (…) En tout cas, j’ai mes certitudes et j’avance. » L’arrivée de Carlo Ancelotti lui donne en partie raison. Critiqué d’abord pour une qualité de jeu décevante, le technicien italien semble avoir enfin posé sa patte sur le vestiaire. « Il est arrivé dans un moment très compliqué après le départ de Kombouaré. Il a eu beaucoup de courage d’assumer ce défi. Il a très bien fait. »

« Ibra n’est pas qu’un grand costaud, il a tout ! »

A tel point qu’aujourd’hui, le PSG pointe en tête du classement de Ligue 1 à mi-saison. Et ce malgré une période très délicate qui avait vu Ancelotti parler de crise. « Ce qui a été déterminant, c’est la volonté des joueurs, relate Leonardo. Ils se sont regardés en face et maintenant, ils se disent que la défaite est une tragédie. » Le parcours en Ligue des Champions offre également des perspectives optimistes. « C’est sûr que le Barça est le favori mais on peut aussi se dire qu’on est à sept matchs de la victoire finale », ironise le directeur sportif parisien. Au moment d’évoquer le phénomène Zlatan Ibrahimovic, Leonardo est dithyrambique. « Ibra n’est pas qu’un grand costaud, il a tout. Il est payé pour faire du Ibra et il l’a fait en marquant dix-huit buts. » Au rayon des anciens Milanais, Thiago Silva a lui aussi marqué de son empreinte la première moitié de saison du PSG. Et ce ne sont pas ses déclarations d’amour à son ancien club qui vont changer la donne. « Si Ibra et Thiago n’étaient pas heureux ici, ils ne joueraient pas comme ça. Après, des joueurs peuvent retourner d’où ils viennent. Et alors ? Ce n’est pas la mort. D’autres arrivent. » Lucas Moura est de ceux-là. Avant peut-être un jour Cristiano Ronaldo. Mais pas Lionel Messi. « Il ne partira jamais de Barcelone », conclut Leonardo.


Pariez sur le foot - bwin vous offre 100€

Rédigé par Yoann PALEJ

Plus d'Actualités

27/10/2014 |  Alex n'est pas rancunier
22/10/2014 |  PSG : Acheampong suivi ?
Réagir à cet article

&Eactue;QUIPES CONSER&Eactue;ES

Minute par minute

Publicité

Articles les plus lus
43

31/10/2014 L1 / PSG

PSG : Rabiot prolonge jusqu'en 2019

8937 vues

6

31/10/2014 L1 / PSG

Sa saison, ses perfs, Zlatan… Cavani se livre

8184 vues

8

29/10/2014 L1 / PSG

Un nouveau bail pour Marquinhos ?

6810 vues

13

27/10/2014 L1 / PSG

Alex n'est pas rancunier

6709 vues

Multiplex
Ligue 2 - 13ème journée
Niort 14h00 Nancy
Super League - 14ème journée
Zürich 17h45 Lucerne
Bâle 20h00 Grasshopper

Publicité

Sur Sport365.fr

01/11/2014 TENNIS - ATP / MASTERS 1000 DE PARIS-BERCY

Revivez les quarts de finale de Bercy

31/10/2014 TENNIS - ATP / MASTERS 1000 DE PARIS-BERCY

Paris-Bercy : Raonic stoppe la série de Federer

31/10/2014 TENNIS -ATP / ROGER FEDERER

Roger Federer : « Je vais prendre trois jours de repos »

31/10/2014 TENNIS - ATP / MASTERS 1000 DE PARIS-BERCY

Paris-Bercy : Djokovic stoppe Murray

31/10/2014 F1 / GRAND PRIX DES ETATS-UNIS

GP des Etats-Unis (essais libres 2) : Hamilton déjà devant

31/10/2014 ATHLETISME / DOPAGE

Dopage : Le scandale Rita Jeptoo

01/11/2014 TENNIS - ATP / MASTERS 1000 DE PARIS-BERCY

Paris-Bercy : Nishikori en demies et au Masters

Les vidéos Buzz